Purificateurdair.com

La qualité de l’air est une des préoccupations du gouvernement français

Beau ciel bleu

On entend plus souvent parler de qualité de l’air extérieur et de pollution dans les grandes villes, moins de la qualité de notre air intérieur.

Des mesures sont pourtant en cours ou à l’étude pour nous aider à mieux respirer, chez nous comme dans les lieux publics.

Le Fonds Air 2018 pour mieux respirer chez soi

Un appareil de chauffage trop ancien, mal entretenu ou mal utilisé est un vecteur de pollution intérieure. Selon les chiffres de l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, 50 % du parc français est constitué d’appareils de chauffage qui ne sont plus assez performants. Or, le Centre Interprofessionnel Technique d’Études de la Pollution Atmosphérique annonçait il y a quelques années des chiffres alarmants : ces appareils génèrent 27 % des émissions de particules PM10 (diamètre inférieur à 10 µm) et plus de 43 % de PM2,5 (diamètre inférieur à 2,5 µm).

Salon avec un poêle à bois en activité

Le « Fonds Air 2018 » est alors un fonds d’aide qui permet aux Français de renouveler leurs appareils de chauffage individuels au bois non performants. Ce projet initié par l’ADEME est aussi porté par les collectivités locales. Le fonds est constitué de deux volets : des actions de sensibilisations des particuliers et des entreprises sur les émissions polluantes intérieures de ces appareils, et l’attribution d’une subvention pour les particuliers qui choisissent de remplacer leur système de chauffage bois trop vétuste. Cette dernière peut aller jusqu’à 2000€ selon les régions.

Le Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire se penche sur la pollution intérieure

Les Ministères de l’Environnement et de la Santé avaieny lancé en 2013 un vaste « Plan d’actions » destiné à améliorer la qualité de l’air que nous respirons. Ce plan prévoyait des actions immédiates ou à plus long terme pour aider les Français à mieux respirer en intérieur.

Femme dans la nature prenant une inspiration d'air

Parmi les projets annoncés, on trouve par exemple : la création d’une application grand public pour améliorer la qualité de l’air dans nos logements, la mise en œuvre d’une surveillance officielle de la qualité de l’air dans certains établissements recevant du public (dont les écoles et crèches) mais aussi les stations ferroviaires souterraines. Ce « Plan d’actions » a également donné naissance à l’étiquetage des produits concernant leurs émissions de C.O.V. La mesure qui ne s’étend aujourd’hui qu’aux peintures et aux matériaux de rénovation devrait s’élargir aux meubles, objets de décoration et produits d’entretien.

Le gouvernement a annoncé en janvier dernier un étiquetage obligatoire de tous les produits désodorisants à combustion. Cette mesure concerne les différents encens et les bougies vendus en France dans un objectif de renouvellement d’air.

L’IFFO-RME, cap sur la pollution intérieure de nos écoles

L’IFFO-RME, acronyme de Institut Français des Formateurs - Risques Majeurs et Protection de l’Environnement est une association à but non lucratif qui réfléchit sur la meilleure manière de d’inculquer aux Français une « culture du risque ». Elle intervient principalement auprès des jeunes et du grand public. L’IFFO-RME forme des professionnels et partage ses préconisations auprès de tous les établissements publics de France. C’est lui qui a bâti la campagne « Un bon air dans mon école » et qui suit ce projet depuis cette année, et jusqu’en 2023.

2 garçonnets en train d'étudier

Cet institut est, avec l’ADEME, l’un des plus gros organes de prévention et d’information dont disposent les Français pour veiller sur leur qualité de vie, en lien avec la préservation de l’environnement. La pollution de l’air intérieur fait partie de leurs missions communes

Les nombreux projets mis en œuvre portent pour le moment sur les moyens de limiter la pollution de notre air intérieur, mais pas encore sur les appareils qui pourraient l’améliorer. Cependant, les purificateurs d’air géants installés en Inde et en Chine portent bel et bien du fruit. Leurs résultats scientifiquement prouvés ne tarderont pas à faire réagir l’Europe, et la pousseront peut-être à agir pour faciliter l’achat de ces dispositifs nettoyeurs d’air.

Laisser un commentaire